Dans le monde du football, le capitaine a une importance bien particulière. Il est le relais de l’entraîneur sur le terrain. Il est le premier défenseur de son équipe en incarnant l’état d’esprit et les valeurs de celle-ci. Grâce à sa force mental et son sang froid, il sait gérer ses émotions surtout dans les moments décisifs. Aucun joueur ne devient capitaine par hasard. La personne remplissant cette fonction s’est imposée naturellement grâce à son aura et la confiance que ses coéquipiers lui manifestent. Ces derniers voient en leur capitaine un leader capable de les motiver avant le début d’un match, un guide pouvant leur montrer la voie dans les moments de perdition et un ami capable de les soutenir après un échec. Ce rôle n’est donc pas toujours facile car il exige un parfait savoir être et n’est pas fait que d’instants plaisants.

Néanmoins, lorsque les beaux moments se présentent, le capitaine rayonne de tout son être et est le symbole de l’héroïsme de son équipe. On trouve toute sorte de héros chez les footballeurs, certains pour le temps d’un match, d’autres pour le temps d’une saison. Les capitaines eux le sont pour l’éternité. Steven Gerrard fait partie de la dernière catégorie. L’Anglais a été très tôt capitaine du Liverpool FC. C’est en octobre 2003, à 22 ans, qu’il prend le brassard et ne le lâche plus jusqu’à son départ du club en 2015. Même s’il fit ses débuts en équipe première cinq ans plus tôt, c’est à partir de ce moment qu’il prit une autre dimension, devenant au fil des saisons le leader de toute une communauté.

Armé de son brassard, il a sorti les siens des contextes les plus délicats afin de les conduire à la victoire. Natif de la banlieue de Liverpool, il en est un représentant emblématique et en a porté haut les valeurs. L’ancien numéro 8 des Reds était ce genre de capitaine à la volonté d’acier et à l’énergie inépuisable qu’il savait transmettre à ses coéquipiers. En plus de ses qualités humaines naturelles, Gerrard indiquait également le chemin à suivre grâce à son talent technique. Adroit des deux pieds, il savait attaquer, défendre, possédait une excellente vision du jeu et une extraordinaire frappe de balle. C’est grâce à cette dernière qualité qu’il inscrivait de nombreux buts, souvent décisifs.
Pour constater et apprécier les facultés de capitaine et de footballeur de l’Anglais, une seule partie suffit. Ce match, c’est la finale de la ligue des champions opposant Liverpool à l’AC Milan en 2005. Son équipe étant menée 3-0 à la mi-temps, il lui donna la bonne impulsion. Il marqua le premier but de la remontée et provoqua le penalty égalisateur. Présent absolument sur tous les fronts, offensif comme défensif, le Britannique fut impérial et emmena les Reds soulever la coupe à l’issue des tirs au buts. Tellement important, tellement indispensable, tellement inspirant, c’est certain, Steven Gerrard Gerrard est l’incarnation d’Olivier Aton.

Durant toute la durée de son capitanat, qui dura jusqu’à la fin de son aventure avec le club de la Mersey, « Stevie G » dégagea un leadership unique qui lui permis de répondre de ses responsabilités. Oui, il n’a pas réussi à décrocher le titre de champion en Premier League. Cependant, il a su conduire son équipe vers de nombreux titres, maintenant ainsi le prestige des Reds. Par la même occasion, tout cela fit de lui un des meilleurs joueurs au monde, reconnu par le public et ses pairs. On continuera encore longtemps de raconter nos meilleurs souvenirs sur le garçon de Whiston, l’homme d’un club, le capitaine éternel du Liverpool FC .

Vous devriez aimer